Château de Montfort

Adossé au massif de Chartreuse, sur un tertre dominant la vallée du Grésivaudan, le château de Montfort fait face à la chaîne de Belledonne. Au Moyen Âge, cette forteresse participe à la défense du Dauphiné contre la Savoie : ainsi, dix châteaux au moins sont attestés dans la vallée, auxquels s’ajoutent tours et maisons fortes. Le château de Montfort, bien que tourné vers la vallée, verrouillait aussi le Pas de la Ferté (actuel Pal de Fer), alors seul accès au plateau des Petites Roches.

La première mention de Montis Fortis remonte à 1069, dans le cartulaire de Domène ; il est probable qu’une motte castrale (édifice avec tour et palissade de bois) était dressée sur ce promontoire naturel. L’édification du château de pierre remonte au XIIIème siècle : après la construction d’une tour carrée –probablement au XIIème siècle– à double fonction de défense et d’habitat, remparts  et pièces d’habitation (3) viennent compléter le château. Dans une enquête de 1339 réalisée pour l’évaluation du domaine delphinal, le château est décrit comme se composant d’une enceinte circulaire de 47 toises de longueur (près de 100 mètres), à l’intérieur de laquelle prennent place plusieurs édifices. Une tour de plan quadrangulaire, haute de 28 mètres et possédant quatre étages, deux salles superposées dont l’une est chauffée par une cheminée et éclairée par quatre baies géminées, des pièces appelées chambres avec garde-robe et cellier, une cuisine. L’entrée du château est défendue par un portail de pierre surmonté d’une salle de garde.

Résidence de la Grande Dauphine Béatrix de Faucigny, puis possession de la famille de Beaumont jusqu’en 1617, le château devient la propriété de claude Frère et de ses descendants. En 1717, il appartient ensuite aux Guérin, ascendants de la famille de Bernis, actuels propriétaires.

Le château  tombe en ruines au XVIe siècle ; seule la salle des gardes restera habitée jusqu’au début du XXè siècle.

Depuis 1999, la commune de Crolles a passé une convention passée avec  l’association Les Raisonneurs de Pierre, cette dernière  œuvrant à la restauration et à l’animation de ce site longtemps oublié, faisant ainsi revivre ce témoin de notre histoire passée.

A VOIR EGALEMENT
Registres paroissiaux
En savoir +
Médiathèque, ancien relais de diligences
En savoir +
Les croix
En savoir +
Le four à pain
En savoir +